Allergie au chat

image_pdf

Adorable animal de compagnie tant prisé par les enfants que les adultes, le chat est pourtant une cause possible d’allergie et d’asthme. Certains peuvent même y être allergiques sans avoir possédé de chat. L’allergie au chat peut entraîner :

  • une conjonctivite
  • une allergie nasale
  • une inflammation bronchique responsable d’asthme.

La réaction aux allergènes de chat est d’autant plus importante en présence d’asthme.

Comment s’explique cette allergie

Le chat lèche longuement son poil. De ce fait, il dépose dessus l’allergène majeur appelé feld 1 qui provient de ses glandes salivaires mais aussi des glandes sébacées et anales. Cet allergène, très léger, est volatile et se dépose facilement sur tous les supports comme les vêtements, les cheveux.

La quantité sécrétée est variable d’un chat à l’autre et dépend également de la sécrétion de testostérone par le chat (mieux vaut donc un chat castré). La quantité retrouvée dans un domicile dépend du temps que le chat passe dans le domicile, de l’aération et des mesures prises pour réduire le taux d’allergène.

Du fait de ce caractère volatile, il est extrêmement fréquent de retrouver des allergènes de chat dans des maisons n’en abritant pas. Cela peut être la cause d’exacerbation d’asthme chez un individu sensibilisé au chat mais n’en possédant pas. Les allergènes de chat sont retrouvés dans les écoles sur le sol en concentrations variables selon le type de revêtement.

  • Les vêtements d’enfants possédant des chats ont évidemment un taux d’allergènes nettement supérieur.
  • Les habits en laine et polyester recèlent plus d’allergènes que ceux en coton.
  • Enfin les vêtements de filles en contenaient plus que ceux des garçons.

Feld 1 n’est pas le seul allergène du chat:

Feld 2 est situé dans les phanères du chat. il provient de l’albumine du chat.

Feld 4, présent dans les glandes salivaires, est responsable des 2/3 des allergies au chat

Il existe des allergies croisées avec le porc. L’allergène commun est contenu dans l’albumine.

L’histoire allergique, les signes rencontrés et les tests cutanés sont souvent suffisant pour identifier une allergie au chat. Le dosage des IgE spécifiques est parfois utile.

Le traitement

  • S’il est possible de se séparer du chat, c’est le meilleur moyen de diminuer la quantité d’allergène. Le taux met très longtemps à baisser. L’allergène, surtout feld 1, est encore présent 6 mois à 2 ans après le départ de l’animal.
  • L’aspiration avec un aspirateur muni de filtres HEPA (haute efficacité pour les particules aériennes) et l’utilisation d’un purificateur réduit de 98 % la concentration de l’allergène feld 1 si le chat reste absent de la pièce traitée.
  • La moquette et l’absence d’aération majorent la concentration en allergène. Il est donc nécessaire d’y remédier.
  • Difficilement réalisable et d’efficacité courte, il faudrait passer un gant humide sur le pelage du chat une fois par semaine ou le doucher une fois par mois !!
  • Les vêtements doivent être fréquemment lavés pour éliminer l’allergène.
  • Les traitements classiques doivent être apportés: collyre anti-allergique, antihistaminique et si besoin traitement de l’asthme selon sa sévérité.
  • La désensibilisation peut être entreprise selon le tableau clinique.

Source s: Ramadour M. et coll. Cat sex differences in major allergen production (Fel d 1). The Journal of Allergy and Clinical Immunology Volume 101, Issue 2, Pages 282-284 (February 1998)Bollinger M E et coll. Cat antigen in homes with and without cats may induce allergic symptoms. The Journal of Allergy and Clinical Immunology April 1996 (Vol. 97, Issue 4, Pages 907-914)  – Corren J et coll. Nasal response to natural cat allergen exposure is significantly greater in patients with rhinitis and asthma than in patients with rhinitis alone.The Journal of Allergy and Clinical Immunology January 2005 (Vol. 115, Issue 1, Pages 202-203). – Conférence d’expert. Rev Mal Respir 2007 ; 24 : 221-32Le quotidien du médecin N° 8561 Avril 2009.

Création le 18/05/2009