Caractérisation des émissions de fournitures scolaires et de produits d’entretien utilisés dans une école et analyse des données de composition

image_pdf

L’impact des fournitures scolaires et des produits d’entretien sur la pollution de l’air des salles de classe a été très peu étudié dans le monde et en France en particulier. Dans le cadre de son programme de travail « Lieux de vie fréquentés par les enfants », l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) a réalisé une étude exploratoire visant à caractériser les émissions de composés organiques volatils (COV) et d’aldéhydes issues de produits liés aux activités scolaires et des produits d’entretien utilisés dans les salles de classe. Les produits ont été sélectionnés d’après un inventaire réalisé par l’équipe technique de l’OQAI dans une école de la région parisienne. Vingt-trois produits ont été retenus in fine afin d’être évalués en chambre d’essai d’émission (19 fournitures et 4 produits d’entretien).
Les protocoles d’évaluation des émissions des produits sélectionnés ont été élaborés à partir de la procédure de qualification des émissions de composés organiques volatils par les matériaux de construction et produits de décoration (corpus de normes ISO 16000, protocole ANSES), et appliqués tels quels aux types de produits testés, en l’absence actuelle de protocole ad hoc pour ces derniers. Les essais ont été réalisés dans des chambres d’émission selon la norme EN ISO 16000-9, sous conditions contrôlées de température, d’humidité relative et de taux de renouvellement d’air. Afin de compléter l’étude, l’OQAI a associé le Comité de coordination de toxicovigilance (CCTV) afin d’acquérir des données sur les compositions des fournitures et produits sélectionnés. Les résultats des essais d’émission montrent que de nombreux COV sont émis lors de l’utilisation de produits liés aux activités scolaires et qu’ils sont très variés. Pour quelques produits, certaines substances détectées n’ont pu être identifiées avec précision, puisqu’elles ne figuraient pas dans les bibliothèques internationales de recherche. Des émissions de benzène et d’hexane ont été mesurées à des niveaux plus faibles que celles d’autres COV : n-butanol, propylène glycol, 2-éthylhexanol, 2-butoxyéthanol, méthylisobutylcétone (MIBK), par exemple. Certaines fournitures scolaires testées, comme la peinture acrylique, l’encre de Chine, le feutre effaçable à sec, la gouache liquide et la peinture vitrail, ont attiré l’attention car les émissions de certains COV et/ou aldéhydes étaient plus élevées que pour les autres produits testés. Pour le volet « étude des compositions », les données de 8 produits sur les 23 testés ne sont pas disponibles (absence de réponse des fabricants ou difficulté à identifier les interlocuteurs). En l’absence de réponse du fabricant, la consultation des fiches de données de sécurité peut permettre d’apporter des éléments sur la composition. Toutefois ces fiches n’apportent pas d’informations exhaustives sur la composition, et ne sont pas toutes de qualité équivalente. Il est donc aujourd’hui nécessaire d’améliorer l’accès à l’information relative aux compositions des produits susceptibles d’émettre des substances dans les environnements intérieurs. L’analyse des compositions a montré la présence très fréquente d’isothiazolinones dans les fournitures scolaires, non détectées dans les émissions au cours de cette étude. Ces substances sont des sensibilisants cutanés potentiellement responsables d’allergies cutanées chez les jeunes enfants. Utilisées comme conservateurs dans de nombreux produits présents dans l’environnement des jeunes enfants, la survenue de manifestations allergiques cutanées peut être facilitée par l’utilisation simultanée de plusieurs produits en contenant. Il conviendrait d’évaluer les risques associés à la présence d’isothiazolinones dans des produits manipulés de façon habituelle en milieu scolaire. On soulignera ici certaines limites méthodologiques dans cette étude exploratoire liées notamment aux contraintes d’échantillonnage des produits dans les écoles (prélèvements des produits présents, déjà utilisés, stockés ensemble, parfois différents des produits initialement recensés) et au choix des  méthodes analytiques existantes développées pour les produits de construction (l’objet de l’étude n’étant pas de faire un développement méthodologique dédié aux fournitures scolaires).
Cette étude fournit un premier éclairage sur quelques fournitures scolaires et produits d’entretien . Elle appelle à la poursuite des travaux dans ce domaine tant pour la réalisation de protocoles d’essais d’émission adaptés aux fournitures scolaires et produits d’entretien, qu’à l’accès a priori à des données de composition actualisées et exhaustives.