Pourquoi s'inquiéter de la grippe quand on est asthmatique ?


La grippe est due à un virus qui change d’aspect tous les ans, ce qui fait qu’aucune vaccination durable n’est possible. L’inflammation que provoque ce virus sur les parois des bronches peut déséquilibrer un asthme jusque là bien équilibré. Tout asthmatique ainsi que son entourage devrait se faire vacciner chaque année pendant les mois d’octobre ou de novembre. Pour tout connaître de la grippe, de ses méfaits et savoir comment se protéger, lisez les articles concernant la grippe.

Modification de la page le 18/10/2009




Faut-il se vacciner contre la grippe saisonnière ?


POINT SUR LES IDÉES REÇUES

Idée reçue n° 1 : La grippe n’est pas une maladie grave. Faux !

La grippe est une maladie contagieuse qui normalement guérit spontanément le plus souvent. Cependant, elle peut entraîner des complications sérieuses et être dangereuse pour certaines personnes fragiles. Elle est responsable d’un nombre élevé de décès chaque hiver. Si vous êtes considéré comme une personne ayant un risque de développer des formes graves de grippe, il est nécessaire de vous faire vacciner.

Idée reçue n° 2 : Le vaccin contre la grippe saisonnière n’est pas efficace. Faux !

La vaccination contre la grippe (notamment des personnes particulièrement fragiles) a pour objectif de diminuer les risques de complications et de formes graves. La mortalité attribuée à la grippe a d’ailleurs fortement diminué depuis que la vaccination contre la grippe existe. Aucun vaccin n’assure une protection à 100% et il arrive parfois qu’une personne vaccinée attrape la grippe. Cependant, la maladie est alors généralement moins sévère et les risques de complications moins élevés.

Idée reçue n° 3 : Le vaccin contre la grippe est dangereux. Faux !

La fabrication du vaccin contre la grippe et son autorisation d’utilisation se font chaque année selon les mêmes procédures. Les effets indésirables des vaccins sont connus et peu fréquents et il est bien plus dangereux d’avoir une forme grave de grippe que de se faire vacciner. La meilleure protection contre la grippe, c’est la vaccination. La vaccination contre la grippe est bien tolérée mais peut provoquer quelques réactions peu sévères comme de la fièvre ou une inflammation au point d’injection.

Idée reçue n° 4 : Le vaccin contre la grippe saisonnière contient un adjuvant. Faux !

Les vaccins contre la grippe saisonnière disponibles sur le marché ne contiennent pas d’adjuvant.

Idée reçue n° 5 : J’ai été vacciné l’année dernière donc je n’ai pas besoin de le refaire cette année. Faux !

Le vaccin contre la grippe saisonnière est actualisé tous les ans car d’une année à l’autre, les virus qui circulent sont différents. Il est, depuis toujours, dirigé contre les 3 types de virus qui ont le plus circulé durant l’hiver précédent et qui sont donc susceptibles d’être présents lors de l’hiver suivant. L’an dernier, c’est le A(H3/N2) qui a majoritairement circulé. Le vaccin de cette année a donc été modifié en conséquence. Ainsi, si j’ai été vacciné l’année dernière, je ne serai peut-être pas protégé cette année et je dois, si je suis à risque, me faire vacciner contre la grippe saisonnière cette année.

Idée reçue n° 6 : Le vaccin provoque la grippe. Faux !

Le vaccin préparé à partir de virus tué ne peut en aucun cas provoquer de grippe. Une perte réaction fébrile accompagnée d’un état grippal peut survenir le lendemin, manifestations cédant en 2 jours maximum.

RECOMMANDATIONS

Vacciner tout le monde et pas uniquement les personnes âgées

  • Les personnes âgées de plus de 65 ans et celles atteintes de maladies chroniques sont celles qui sont les premières concernées par le vaccin.
  • Mais le vaccin anti-gripal est conseillé à la majorité des adultes, mais également la plupart des enfants, notamment ceux atteints de pathologies respiratoires.


Les personnes allergiques à l’œuf

  • Les personnes allergique à l’œuf doivent prendre l’avis de leur allergologue avant de se faire vacciner car le vaccin est fabriqué avec des protéines d’œuf et peut représenter une contrindication.


Délai d’efficacité du vaccin

  • Une quinzaine de jours sont nécessaires afin que la protection du vaccin soit efficace.
  • Il est indispensable de se faire vacciner avant l’apparition des premiers cas.


Efficacité du vaccin

  • Le vaccin assure une protection de 70 à 90 % environ.


Attraper la grippe malgré le vaccin

  • Il est ainsi possible d’être atteint de la grippe même en ayant été vacciné car le vaccin ne protège pas contre certaines souches de la grippe : mais les manifestations seront moins violentes et les complications moins fréquentes.


Quand faire le vaccin ?

  • Effectuer le vaccin le plus rapidement possible avant l’arrivée du virus.
  • D’autre part, se faire vacciner précocement permet d’éviter d’être confronté à une rupture de stock du vaccin.
  • Idéalement à la Toussaint pour être protégé tardivement si l’épidémie est décalée.

Source : le site du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé




Un reflux gastro-oesophagien risque-t-il d'aggraver un asthme?


Cette question mérite d’être examinée car de nombreuses personnes asthmatiques présentent également un reflux gastro-oesophagien. Ce reflux qui provient de l’estomac peut agresser la muqueuse bronchique et serait alors susceptible de renforcer l’inflammation bronchique. Pour étayer cette hypothèse, il fallut étudier une cohorte de personnes asthmatiques (412 personnes) mal contrôlées par leur traitement habituel dont une partie reçut un traitement du reflux (inhibiteurs de la pompe à protons: IPP).

Les résultats ont montré

  • que 40 % des personnes recrutées présentaient un reflux ressenti ou non.
  • que le nombre de reflux méconnus est plus important chez les asthmatiques mal contrôlés.
  • qu’il y avait autant d’asthmatiques mal contrôlés dans les deux groupes.
  • que le nombre d’épisodes sérieux étaient moins important dans le groupe traité.

Conclusion: Le traitement ne permet pas de diminuer le groupe d’asthmatique mal équilibrés.

Le reflux gastro-oesophagien non ressenti n’est probablement pas une cause d’asthme.

Source: Mastronarde JG et coll. Efficacy of esomeprazole for treatment of poorly controlled asthma. N Engl J Med Apr 2009; 360(15) :1487-99
Création de page le 13/04/2009




Eczéma et rhinite chez l’enfant, asthme atopique chez l’adulte !


Une étude australienne apporte un résultat intéressant concernant le rôle d’un eczéma et d’une rhinite dans l’avenir respiratoire d’un enfant.Cette étude  a été menée chez 8 583 enfants âgés de 7 ans en 1968 et les a suivi aux âges de 13, 20, 31 et 44 ans. Il a été observé que les patients asthmatiques atopiques à l’âge de 44 ans étaient plus fréquemment sensibilisés au chat et aux moisissures. Parmi tous les asthmatiques, il a été montré que, environ 30 % des asthmes atopiques persistants à l’âge adulte et 18 % des asthmes atopiques survenus à l’âge adulte pourraient être en lien avec un eczéma et une rhinite dans l’enfance.

Les patients ayant eu à la fois un eczéma dans l’enfance et une rhinite avaient un risque 9,2 fois plus élevé d’avoir un asthme atopique à l’âge adulte mais pas un asthme non atopique. Le risque d’apparition d’un asthme atopique était également augmenté en cas d’antécédent isolé d’eczéma, mais pas en cas de rhinite isolée. La persistance à l’âge adulte d’un asthme atopique apparu dans l’enfance était favorisée par l’existence isolée d’une rhinite dans l’enfance. Le risque était renforcé en cas d’une association eczéma et rhinite dans l’enfance.

Eczéma et asthme ne seraient pas des conséquences indépendantes d’une prédisposition génétique ou de facteurs environnementaux communs mais il se pourrait qu’il existe un lien direct entre les deux pathologies.

Source JIM – 06/08/2011 – Dr Geneviève Démonet

Martin P et coll. Childhood eczema and rhinitis predict atopic but not nonatopic adult asthma: A prospective cohort study over 4 decades. J Allergy Clin Immunol 2011; 127 (6):1473-1479.




L’eczéma ou dermatite atopique du bébé


L’eczéma du bébé est une affection de la peau qui peut survenir dès la naissance. 20 % des enfants sont touchés par cette dermatose contre 3 à 5 % il y a 30 ans. L’éruption cutanée se présente sous forme de plaques rouges surtout au niveau du visage et des pommettes. La peau est plus épaisse et très sèche. Passé 2 ans, l’eczéma se situera plus aux plis des coudes et des genoux. A cet âge, ne pas se gratter devient plus difficile, ce qui engendre des croûtes. Ces enfants se mettent donc en repli des autres enfants car leur vie quotidienne est perturbée et ils se sentent différents de leurs camarades.

L’asthme peut les guetter

L’eczéma du bébé disparaît en général après 4 ans mais peut revenir à l’âge adulte. Les enfants contractant de l’eczéma ont souvent antécédents familiaux d’allergie. L’eczéma est un terrain favorable au développement d’un asthme et d’une rhinite allergique ultérieurs.

Les causes de l’eczéma

Il existe différentes causes d’eczéma du nourrisson. Des hypothèses font intervenir le lait de vache, l’excès d’hygiène et la froideur du climat, d’autres donnent une place plus importante aux facteurs génétiques puisque 60 % des parents ont eu eux-mêmes ce type d’affection. On sait aussi que les enfants ayant de l’eczéma sont plus sensibles à certains allergènes tels que poussières, poils d’animaux, acariens. 72 % des vrais jumeaux font tous les deux de l’eczéma.

Une peau très sèche

Les enfants ayant de l’eczéma ont une peau plus sèche que les autres. L’altération de la barrière cutanée facilite le passage des allergènes dans la peau et les met en contact avec les cellules immunitaires cutanées. Pour y remédier, il faut donc passer sur le corps du bébé des crèmes hydratantes adaptées, proscrire les bains trop chauds et trop longs, le laver avec des savons doux et surgras. Traiter la peau sèche entre dans le traitement de l’eczéma car cela aide la peau à être moins fragile face aux attaques des allergènes.

Comment venir à bout de l’eczéma ?

Divers traitements permettent de venir à bout de l’eczéma. Les crèmes à base de cortisone sont adaptées à l’enfant mais vous devrez suivre les conseils de votre médecin pour les applications. D’autres traitements existent tels que les macrolides immunosuppresseurs, les anti histaminiques, les probiotiques ou encore la photothérapie mais seulement pour les enfants de plus de 8 ans. Il sera bénéfique de faire réaliser des tests d’allergie à votre enfant si l’eczéma persiste malgré les traitements ou que la dermatose revient peu de temps après.

Enfin, chez l’enfant atteint de dermatite atopique il faut éviter le contact avec les allergènes (les acariens, les animaux à poils, le pollen) et respecter une bonne hygiène dans la maison notamment en passant régulièrement l’aspirateur.

Le saviez-vous ?

Il y a plus d’eczéma de l’enfant dans les pays du Nord de l’Europe que dans les pays du Sud de l’Europe.

Source : Christelle Yanez pour Bloc.com (21/12/2010)