Fréquentation des piscines et allergies respiratoires

image_pdf

Selon des études récentes en Europe, la fréquentation des piscines dans la petite enfance pourrait favoriser le développement d’asthme et d’allergies. L’exposition des enfants au chlore ou aux résidus des la chloration dans les piscines est fréquente dans les pays comme la France où la natation est une activité fréquente et obligatoire en milieu scolaire et de plus en plus de nourrissons   pratiquent une activité « bébés nageurs ». La natation dans une eau chaude et peu renouvelée comporte des risques infectieux très importants qui nécessitent des doses élevées de chlore.

De plus, les baigneurs, surtout les plus jeunes, libèrent dans l’eau de la matière organique (urine, …) que la chloration transforme en résidus toxiques, parmi lesquels on retrouve de puissants irritants comme la chloramine.
Dans ces piscines, les baigneurs vont inhalés ces dérivés chlorés qui vont altérer les cellules respiratoires, fragiliser cette « barrière » et faciliter la pénétration des allergènes et des agents infectieux. Le risque exsite aussi dans les piscines découvertes, car la majeure partie des irritants respiratoires s’accumulent dans l’eau ou flottent à la surface de l’eau. La pratique des bébés nageurs peut favoriser les infections virales et les bronchiolites ainsi que le développement d’allergies respiratoires. Les expositions précoces avant 7 ans favorisent le développement des terrains atopiques et des sensibilisations allergiques avec une mise en évidence de lésions des la paroi de la cavité nasale.

L’exposition à ces produits de chloration chez les patients prédisposés va favoriser l’expression de l’allergie sous forme de rhinite, asthme et aussi eczéma (la peau fragile du bébé ou de l’atopique est en contact direct  avec les produits de chloration dans l’eau).

RECOMMANDATIONS PRATIQUES

  • La pratique de la natation est une activité obligatoire en milieu scolaire, mais si l’enfant présente un terrain atopique et se plaint de symptômes d’irritation après la, piscine, une dispense de piscine scolaire pour raison médicale pourrait se justifier.
  • La natation elle-même est un sport bien toléré par les patients asthmatiques mais en cas de concentration trop élevée de produits chlorés dans l’air ou l’eau, le patient peut ressentir une gène respiratoire.
  • Il faut s’interroger sur les bénéfices et risques de la natation chez les très jeunes enfants dont les systèmes immunitaire et respiratoire sont immatures.
    L’office allemand pour l’environnement recommande aux parents de ne pas emmener les tous petits à la piscine, surtout si ces derniers sont prédisposés (terrain atopique ou antécédents familiaux d’allergie).

La prudence reste de mise chez les jeunes enfants surtout s’ils ont un terrain allergique.

Source :OPA Pratique – Novembre 11 – « Fréquentation des piscines et allergies respiratoires » – A. Bernard
Mise à jour le 31/01/12