L’allergie croisée

image_pdf

Jusque là, l’allergie n’est due qu’à un seul allergène et le traitement d’éviction, avec le concours de l’allergologue, est assez simple à mener. La nature étant complexe, l’allergie est à son image. Il existe des sensibilisations et des allergies combinées ou croisées.

Petite explication. Divers allergènes présentent des ressemblances à cause d’une petite partie de l’allergène appelé épitope qui est commune à plusieurs allergènes ; la rencontre avec un de ces allergènes peut entraîner une sensibilisation ou allergie vers un ou plusieurs autres allergènes dont les épitopes sont communs. C’est ainsi qu’il existe des allergies croisées entre deux éléments: les acariens et les escargots qui ne sont pas pourtant de la même famille.

Il y a de quoi s’y perdre! Cependant votre allergologue les connait bien. Exemples :

Allergie croisée entre aliments

On y pense en premier mais ce n’est pas l’allergie la plus fréquente.

  • L’allergie aux protéines de lait de vache : croisement avec le lait de chèvre, de jument et d’ânesse dans 70 % des cas. Il n’est donc pas judicieux de traiter une allergie aux protéines de lait de vache par ces autres laits.
  • Allergie à l’arachide : 5 % d’allergies avec les autres légumineuses et 50 % d’allergie croisée avec les oléagineux (Groupe noix), 40 % avec la farine de lupin.
  • Réactions croisées entre le groupe des ombellifères (anis, carotte, céleri, coriandre, cumin, fenouil, persil, poivre vert …) et l’armoise.
  • Allergie croisée entre le kiwi et l’avocat, la banane, les graines de sésame et le latex.la pêche et l’abricot, l’amande, la cerise, la pomme et la prune.

Allergie entre Latex et aliments

Fréquente et particulièrement dans le milieu médical (14 % du personnel) car le latex est le composant essentiel des gants de chirurgie, elle s’étend de fait aux patients opérés avec ces gants.

  • Les allergies croisées les plus fréquentes s’observent avec l’avocat, la banane, la châtaigne, le kiwi et le fruit de la passion.
  • Moins fréquemment citons : l’abricot, les agrumes, l’amande, la betterave, le céleri, la cerise, le concombre, l’épinard, la figue, le germe de blé, le melon, la noisette, la noix, la pêche, la papaye, la pomme, le raisin et le sarrasin.

Allergie croisées entre acariens et divers animaux

comme la blatte (cafard), l’escargot, l’huître, la crevette et le calamar qui ont en commun une protéine, la tropomyosine, servant à réguler la contraction des fibres musculaires.

Allergie croisée entre le jaune d’œuf et les plumes d’oiseaux

Allergie entre le porc et le chat

L’allergène commun est cette fois ci dans les poils et squames de chats et dans les rognons de porc.

Allergie croisée entre pollens et aliments

Les patients allergiques aux pollens font trois plus d’allergie alimentaires

  • Pollen de bouleau : risque de sensibilisation ou d’allergie croisée en premier avec la pommemais aussi avec l’abricot, l’amande, le brugnon (nectarine), la carotte, le céleri, le kiwi, la pêche, la noisette et la noix.
  • Pour le pollen d’armoise, les réactions croisées se font avec l’aneth, la carotte, le cumin, le céleri, le coriandre, le fenouil, le persil.
  • Pollen d’ambroisie : Banane, melon, pastèque.
  • Pollens de graminées : arachide, farine de blé, orange, petit-pois, pomme de terre, poivron, tomate.
  • Allergie croisée entre le Ficus benjamina (plante d’appartement), le latex et la figue.

La réaction croisée entre allergènes complexifie le diagnostic d’une allergie et rend difficile l’interprétation des différents tests. Notons que l’existence de sensibilisation croisée est dix fois plus fréquente que l’allergie alimentaire vraie.

Enfin, il faut savoir que certains allergènes déclenchent la réaction allergique à froid et pas lorsque l’aliment est cuit. Il en est ainsi pour la plupart des allergies aux fruits rosacés comme la poire et la pomme.

Inversement, d’autres comme l’arachide sont plus allergisant à chaud. Le stockage d’un aliment comme la pomme entraîne avec le temps une majoration du pouvoir allergisant.

Enfin, mentionnons les allergènes masqués ! Diverses protéines alimentaires sont utilisées à de faibles concentrations pour fabriquer un produit alimentaire. Ces allergènes rarement mentionnés sur l’étiquette sont à l’origine de 15 % des accidents allergiques graves  !

Source: Shaw J et coll. : Lupin allergy in peanut-allergic children and teenagers. Allergy 2008, 63 : 370-373D’après une communication du Dr Habib Chabane, Medec 2008Kanny G. Allergie alimentaire. La Revue du praticien, 57, 1331-38.Moneret-Vautrin DA. Allergies alimentaires. La Revue du praticien, 46, 961-67.