Le tabac chez les jeunes

image_pdf

Moyen de se sentir adulte, défi posé face aux interdits des parents, moyen d’intégration au sein d’un groupe, les messages habituellement délivrés qui mettent en avant la santé n’empêcheront pas un jeune de fumer. Par contre, l’augmentation du prix du tabac fut l’un des moyens radicaux pour inciter à l’arrêt du tabac. D’autres pistes peuvent être utilisées pour prévenir ou inciter à l’arrêt.

  • Le dialogue plutôt que l’interdit oriente la réflexion.
  • Non fumeurs, amener l’adolescent à respecter votre espace non fumeur qu’est le domicile.
  • L’inciter à économiser le prix du paquet de cigarettes et définir le projet qu’il sera possible de réaliser avec l’argent des cigarettes non fumées.
  • Dialoguer sur le tabac avec un professionnel de santé ou un tabacologue notamment en informant sur les effets négatifs du tabac chez un asthmatique. Tabac Info Service : 0825 309 310
  • Maintenir le dialogue pour l’accompagner dès que la volonté de cesser le tabagisme apparait.

L’OMS axe sa compagne cette année sur le piège de la publicité. En France, les lois de 1976 et 1990 limitent la publicité aux journaux adultes. L’effort porte plus sur l’incitation et l’aide au sevrage. L’INPES et le comité national contre le tabagisme effectueront campagnes de sensibilisation et actions ponctuelles pour inciter à l’arrêt du tabagisme.

Rappelons qu’en France, environ 5 000 personnes meurent chaque année pour avoir été exposées tabagisme passif et qu’un fumeur régulier sur deux meurt du tabac.

Depuis le 1er février 2007, l’interdiction de fumer dans les lieux publics s’applique dans les entreprises, les administrations, les établissements scolaires, les établissements de santé. A partir du 1er janvier 2008, elle s’applique aux lieux dits « de convivialité » (cafés, hôtels, restaurants, discothèques, casinos).  Les mesures prises reçurent un bon accueil en France avec un respect des mesures édictées de l’ordre de 83 % dans les restaurants et de 61 % dans les bars. L’impact des ces mesures fut :

  • une baisse de la fréquentation des bars et restaurants,
  • une incitation supplémentaire pour arrêter de fumer pour 9 % des fumeurs,
  • Une réduction de la consommation de tabac au domicile  pour 12 % et en voiture pour 10 % des fumeurs.

Outre la réduction de consommation de tabac, l’arrêt du tabac dans les lieux publics apporte-t-il un bienfait en termes de santé ?

Comment montrer un lien net entre une exposition au tabac et le nombre des crises d’asthme répertoriés dans les hôpitaux. C’est l’objet d’une étude menée dans cinq hôpitaux du Kentucky aux USA: Bien que la fréquence de l’asthme ait régulièrement augmentée dans la région passant de 6,4% à 7,1 %: Le nombre d’admissions aux urgences a radicalement baissé de 22 % en moyenne dès l’application de la loi. La réduction fut de :

  • 24 % chez les personnes de plus de 20 ans,
  • 18 % en-dessous de 20 ans.

On voit que la réduction de l’exposition au tabac actif ou passif s’est accompagnée d’une réduction du nombre d’admission aux urgences pour crises d’asthme. Il n’est cependant pas possible d’établir un lien statistique entre ces deux faits. Une autre étude a montré que l’arrêt du tabac dans les lieux publics a permis, grâce à la diminution du tabagisme passif :

  • d’améliorer nettement la qualité de vie avec une plus grande capacité à mener toutes les activités de la vie quotidienne,
  • une réduction de la consommation de médicaments et
  • un moindre recours aux services d’urgences pour crise d’asthme.

Par contre, depuis que les fumeurs sortent pour fumer, la pollution causée par les mégots jetés est en augmentation. Or, il faut savoir qu’un mégot met un à cinq ans avant de se dégrader.

Ceci est particulièrement sensible en dehors des villes où le nettoyage ne peut pas être effectué comme à la montagne où stagnent parfois 30 000 mégots au pied du dernier pilonne des remontées mécaniques jusqu’à la fin de la saison!

A ceux qui fument encore, pensez à jeter vos mégots dans un cendrier. Pour terminer, voici un message délivrés aux parents fumeurs: L’initiative « N’enfumez pas mon enfance ! » s’inscrit dans le cadre de la campagne sur cinq ans menée par les membres de l’UICC sur la prévention du cancer, intitulée « les enfants d’aujourd’hui, le monde de demain ». A l’occasion de la journée mondiale du cancer lancée par l’Union Internationale Contre le Cancer  en partenariat avec l’OMS, le réseau asthme s’est associé à cette campagne et vous rappelle que 700 millions d’enfants dans le monde subissent un air pollué par la fumée de tabac notamment à la maison. L’une des conséquences est le développement d’un asthme durant l’enfance ou à l’âge adulte. Pour permettre à votre enfant de vivre dans un environnement sain suivez les quelques conseils prodigués :

  • Il n’y a pas d’exposition à la fumée passive sans danger,
  • Parce que vous vous souciez de leur santé, protégez vos enfants de la fumée passive,
  • Enseignez aux enfants à se tenir éloignés de la fumée passive,
  • Ne fumez pas et ne permettez pas que quelqu’un fume chez vous ou dans votre voiture, même si votre enfant n’est pas présent,
  • Ne fumez pas si vous êtes enceinte ou à proximité de quelqu’un qui l’est,
  • Privilégiez les garderies et écoles sans fumée pour vos enfants,
  • Évitez d’amener vos enfants et votre famille dans des lieux fumeurs,
  • Si vous êtes fumeurs, demandez à votre médecin comment vous pouvez faire pour arrêter.

Devenez un modèle pour votre enfant, ne fumez pas !

Sources: Bilan de l’interdiction de fumer dans les lieux de convivialité. Ministère de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative. Mai 2008
Rayens M et coll. Reduction in asthma-related emergency department visits after implementation of a smoke-free law. J Allergy Clin Immunol 2008 ;122 : 537-41. – Areias A et coll. Asthma and the new anti -smoking legislation. What has changed? Rev Port Pneumol ; 15(1) :27-42. www.tabac-info-service.fr, INVS
Modification de la page le 02/10/2010