Sur la voie d’un vaccin contre l’asthme allergique ?

image_pdf

L’équipe de recherche « Innovations en Biothérapie » de l’Institut du Thorax (Université de Nantes/CNRS/Inserm) a récemment mis au point un vaccin novateur contre un des allergènes les plus rencontrés chez les patients asthmatiques allergiques. Ces travaux de recherche ont été publiés dans la revue Human Gene Therapy.
L’équipe de recherche a d’abord cherché à prouver l’efficacité de cette vaccination à base d’ADN contre l’allergène spécifique (Derf1) dans un modèle animal pertinent mis au point par l’équipe Pathologies Bronchiques et Allergies dirigée, par Antoine Magnan. En Europe, Derf1 est en effet un allergène très commun véhiculé par l’acarien Dermatophagoides farinae. Plus de la moitié des patients allergiques aux acariens produisent des anticorps contre cette substance.

Ce vaccin a permis de désensibiliser des souris de laboratoire manipulées génétiquement pour les rendre asthmatiques. La technique consiste à utiliser l’ADN de la substance qui génère l’allergie, en l’occurrence le Derf1.

«Au lieu d’administrer des extraits d’allergènes de manière répétée afin de diminuer la sensibilité, nous avons travaillé à partir de séquences d’ADN spécifiques responsables de l’allergie », ont expliqué les auteurs de la recherche. Quelques études ont montré le potentiel thérapeutique de cette stratégie, mais il fallait trouver des techniques s’assurant de sa faisabilité ».

Ce vaccin nécessite deux injections intramusculaires à trois semaines d’intervalle. On a constaté que le vaccin permet la fabrication d’anticorps contre le Derf1 chez les souris, et que celles-ci présentaient dès lors une réaction allergique asthmatique beaucoup moins forte.

Des essais devront être réalisés chez l’être humain afin de confirmer l’efficacité de cette méthode de vaccination.  

Mise à jour avril 2012